Conte - Le savant et le batelier

Le savant et le batelier

 

Ce savant lettré connaissait parfaitement l’art du dialogue, de la périphrase, de la métalepse, du chiasme et de la sinecdoque, bref maîtrisait parfaitement l’art du discours persuasif à l’élite communicante. 

Il advint que ce docte personnage dût embarquer un jour pour s’en aller prodiguer ses conseils dans une conférence grassement payée Il ne trouva qu’une vieille barque décrépite maniée par un marinier solide, rustre et un peu sauvage.

Après avoir assisté, émerveillé, aux diverses manœuvres pour hisser la voile, sortir du port, que sais-je encore, le savant s’adresse au marin :

«Mon cher ami, je suis heureux d’échanger avec un homme du peuple. Car échanger, c’est communiquer, transmettre à autrui par la parole un signifiant qui fait sens et s’adapte à la conceptualisation de son interlocuteur. Vous me suivez ?»

Le batelier reste coi.

«Bien sûr, toute vie a deux aspects, l’un d’activité du corps et je vous félicite de la vôtre, l’autre de réflexion et de communication du cerveau, mais cela vous échappe. Donc, vous ne vivez qu’à moitié, c’est évident !»

Chacun retourne à ses occupations, étude d’un coté, manœuvres de l’autre.

Mais le temps se gâte, le vent se lève, les vagues grossissent et le bateau est drossé sur un récif sur lequel il se fracasse.

Le marinier interpelle le savant :

«Monsieur, savez-vous nager ?»

«Nager ? Quand aurais-je trouvé le temps pour apprendre.»

«Alors, monsieur, vous risquez de perdre au moins la moitié de votre vie.»

Paroisse de Briançon

mariniers batellerie canal culture traditions populaires contes batelier