Pirates en chansons et chansons des pirates

Pirates en chansons et chansons des pirates

Nous ne savons pas grand chose sur les pirates et pour cause, s'il en était autrement, cela voudrait dire qu'ils n'étaient pas si discrets que ça et que la communication d'informations avérées aurait été une des raisons de leur anéantissement.

Et là, je ne parle pas des corsaires ou des marins issuent de la bourgeoisie ou de la noblesse.

Je parle bien entendu du peuple dit "petit", "humble", modeste", et surtout du peuple opprimé, démuni, bafoué, spolié, miséreux et désespéré mais néanmoins, rebelle, résistant et utopiste.

Defoe puisait l'essentiel de son inspiration dans les tavernes, à l'écoute des voyageurs, des rumeurs, des récits d'aventures et des "messes basses", mais également de l'imaginaire qui en découle.

 

L'imaginaire Pirate

 

Au fil de mes lectures, de mes aventures maritimes et des témoignages de la vie à bord, je me suis mis à rêver ...

De ces rêves sont nés, des histoires, des images, des contes.

Et comme, de conteur à chanteur, il n'y a qu'une clé à tourner, ouvrant la porte de l'inspiration, j'ai reçu du monde des morts, ces histoires afin que ceux qui peuplent ce monde des morts soient présents et en quelque sorte, vivants, le temps d'une chanson.

N'y cherchez pas de références historiques, ne cherchez pas de noms connu, ne cherchez pas des personnages carnavalesques ou d'hollywoodiens, ne cherchez pas, écoutez, prenez et ... mangez en tous !

Le faiseur de chanson vous invite au partage de la nourriture de l'esprit.

La piraterie

Expression du peuple 

La piraterie existe depuis l'antiquité, sur mer, sur terre, maintenant dans les airs. C'est un véritable phénomène social.

Quand face à l'injustice, la barbarie et le totalitarisme sous toute ses formes les êtres humains n'ont plus d'autre alternative pour simplement survivre que d'attaquer l'ordre établit et ceux qui le cautionnent de quelque manière que ce soit.

Quand face au désarrois quotidien les gens n'ont pas d'autre choix que de mourir de misère, de maladie et de mépris en n'ayant pour seule perspective pour leurs enfants que de vivre dans la plus vile des soumission.

Quand les hommes et les femmes se mettent a considérer que la mort vaudrais peut-être mieux qu'une existence sans lendemain confinée perpétuellement dans le déni de leurs valeurs et de leurs besoins les plus élémentaires.

Quand la seule réponse  aux cris de souffrances et aux suppliques légitimes ne répondent que la mitraille, la répression et la brutalité sans limite des sbires indignes tirant leur pitance de la faiblesse de l'abnégation, alors s'allume les feux de la révolte qui consument les valeurs humanismes, alors la tolérance et la fraternité s'effacent pour laisser la place à la haine et à la vengeance, alors s'ouvrent les portes du mal pour engloutir ce qui fut même les plus belles âmes ...

Peu de gens sont nés pirates, peu de gens ont voulut comme idéal une vie de rapine et de fuite, peu de gens ont pu trouver in fines l'équilibre et le bonheur dans le sang, la cruauté et les larmes, mais la majorités de ceux qui se sont perdus dans l'utopie d'une victoire ultime face à l'ignominieuse prédisposition de l'homme à se nourrir de son prochain, avait-il vraiment le choix ?

Quand sa détresse, sa souffrance, quand sa voix n'est pas entendue l'homme existe-t-il vraiment ?

La piraterie, outre l'imagerie que l'on peut s'en faire n'est pas grand chose d'autre en somme qu'une révolte face à l'intolérable, un refus de se soumettre à l'inacceptable, extrême certes, comme l'étaient les conditions de vie autrefois, ou comme le sont les conditions de vie de certains encore, maintenant ...

Une seule chose est certaine, c'est que derrière toutes les déviances et abus du système, derrière toutes les souffrances des peuples, passés et présents,derrière toute les atrocités de l'histoire de l'humanité se cachent des prédateurs, des gens de mauvaise fois et de piètre humanisme.

C'est récurent, et encore maintenant, outre les nouvelles technologies qui permettent d'arriver plus vite aux fins les plus abjectes, ces prédateurs calculent, mystifient, conceptualisent et s'érigent en "establisment".

Une de leurs armes les plus performantes, c'est le mensonge, la dénaturation de la, des réalités ...

Faire croire est leur devise, ils te diront d'aller à gauche pour que tu sois plus propre avec leur nouveau produit, mais tu mourras asphyxié de ne pas avoir bien discerner l'étiquette qui est cachée sous l'impeccable costume trois pièces a 1000 écus.

Et si, chance pour toi, tu as la lucidité et que tu ressent le besoin d'en avertir tes paires, alors pour tous, entre les tabloïdes et les méthodes de conditionnement à la désinformation tu deviendras subversif, nocif, pessimiste, ou populiste selon ...

Pour la comprendre et pouvoir espérer l'améliorer, l'histoire de l'homme, piraterie incluse doit être dites comme elle est, sale, sanglante, mauvaise, cruelle, mais aussi remplie d'amours, d'espoirs et d'avancées ...

Tel le joli Rogers, l'histoire de la piraterie s'est tissée dans la trame de l'humanité en noir et blanc. 

Lui donner des couleurs qui ne concordent pas avec ses réalités c'est mettre du bleu du ciel dans le rouge du sang.

Nous artistes, passionnés, évocateurs, reconstituteurs, auteurs ou historiens, si nous sommes là, empreint d'envies et de passions, quel que soit nos philosophies et nos tempéraments, c'est qu'un jour, quelqu'un était là, présent, dans la littérature, les arts, le cinéma, l'éducation, notre vie aussi peu être ...

Et que ce quelque chose a susciter en nous ce vent de non conformisme et cette considération pour les révoltés, les insoumis, les utopies, les lumières d'humanisme, et les grands principes d'expressions d'égalité des droits et des libertés individuelles ...

 

Remercions ces gens qui ont su, à leur façon, perpétuer la mémoire des pauvres âmes martyrs qui ont donner leur vie pour que nous puissions avoir aujourd'hui, malgré tout, le droit de dire NON.

Montrons nous digne de tout ses sacrifices et de cette créativité en perpétuant à notre tour, chacun à notre rythme, avec nos valeurs, nos aptitudes, nos possibilités, nos limites, nos sensibilités, avec lucidité surtout, pour faire face à l'adversité, en se reconnaissant, se considérant, se soutenant, se respectant en tant que tels dans toutes nos différences. 

Soyons tolérant les uns envers les autres, reconstituteurs, évocateurs, quelques soient les formes que nous sommes susceptibles de donner à notre passion, notre fond est forgé du même idéal.

L'union fait la force, les différences font la richesse de cette force et la complémentarité augmente sa puissance.

 Source : Membre FDLC : feel2fer

Sur le marché de la culture

Entre les néo "WaltDysneyéistes" qui se perdent dans les méandres baroques de la rentabilité et les puristes qui eux s'enferment dans l'imagerie conformiste d'écrits parfois même non avérés,il me semble que l'essentiel se perd et se distille au gré des contextes dans lesquels on en disserte.

Si les représentations de la piraterie, et/ou de la flibuste, peuvent varier et s'interpréter de la sorte les causes de ce phénomène social elles se perpétuent malheureusement à travers les siècles...

Parler de la piraterie exclusivement en terme de noirceur de l'âme humaine, de débauche sanguinaire ou de déviance subversive n'a absolument rien d'historique ou de scientifique, ce n'est ni plus ni moins que du révisionnisme pur et dur, parfois alimenté de surcroit par ceux là même qui en alimentent les causes...

Parlons en oui de la piraterie, mais parlons en correctement, informons en de la piraterie, mais de manière intègre,sans œillères, sans censure,sans faux semblant.  

Discutons en, allègrement même, mais avec tout le nécessaire, le légitime discernement.

Les causes n'ont pas changés, et même si, via la mondialisation de l'information et de l'érudition, l'humain en général est parvenus un tant soit peu a s'améliorer, lui non plus n'a pas fondamentalement changer.

Les causes d'hier restent malheureusement celles de demain, de reculée sociale et humaniste en réduction et en destruction au quotidien de l'espace vital, certains garde encore la faculté de dérober encore l'avenir des autres ... à l'heure actuelle, dans la plupart de nos sociétés occidentales, les plus grand dogmes religieux ont étés relégués, les pouvoirs abusifs de la noblesse largement diminués, les grands propriétaires terriens ont étés recadrés,...

Par contre les techniques de contrôles, de manipulations, de conditionnement des masses elles, ont indéniablement évoluées.

Grèce, Espagne, Irlande, Grande Bretagne, Allemagne réunifiée, France, Belgique,... Partout les chiffres de l'information nous indiquent de manière récurrentes qu'il en coûtent de faire autant pour notre bien être, qu'il faut payer toujours plus pour avoir toujours moins, et qu'il est normal, ou légal selon, de rétribuer gracieusement les faiseurs de misères avec la pitance que la classe laborieuse essaye dans la plus grande des tempérance de léguer à ses enfants.
 

Outre les bon vieux adages qui disent qu'il ne faut point confondre, dans l'espace temps qui nous est impartis force est de constater que les vessies sont d'or et déjà devenues des lanternes...

La piraterie est un statut, une démission face à la "justice" dénaturée.

Quand ont a tout perdus, raison, espoirs, pensées,
quand ont a plus dans la bouche que haine d'avoir été dépouillé,
quand ont a plus en mains que les armes pour s'indigner,
parce qu'un homme n'existe que s'il est écouté,

quand ceux qui n'ont rien, même plus le droit de parler,
quand ceux qui de par la loi s'octroient le droit de voler,
quand de la misère ils s'en font un métier
parce que par le sang, par le nom ils sont autorisés

quand la vengeance commence peu à peu à germer,
quand l'heure de la Revenge entend les cloches tinter,
quand les lueurs d'avenir ne s'éclairent plus d'aucune pitié,
Quel que soit la tenue la piraterie à le droit d'exister.            

FDLC feel2fer

voyage artiste pirates voiliers océan voiles traditions populaires culture chansons

×